Judo Club Boudry
Bienvenue et Bonne Visite !!!
Code Moral
La politesse, c'est le respect d'autrui
Le courage, c'est faire ce qui est juste
La sincérité, c'est s'exprimer sans déguiser sa pensée
L'honneur, c'est être fidèle à la parole donnée
La modestie, c'est parler de soi-même sans orgueil
Le respect, sans respect aucune confiance ne peut naître
Le contrôle de soi, c'est savoir taire sa colère
L'amitié, c'est le plus pur des sentiments humains.
Quelques dates importantes
1860: Le 28 octobre, naissance de Jigoro Kano
1882: Création du judo
1925: Arrivée du Judo en suisse par Hano Rhi
1936: Création de l'association Suisse de Judo et Ju-jitsu
1938: Le 4 mai, décès de Jigoro Kano
1964: Entrée du judo au Jeux Olympique à Tokyo
1988: Entrée du judo Féminin au JO à Séoul


Histoire du judo
pt_jigoro_kano1
Le judo (littéralement voie de la souplesse) est un art martial et un sport de combat d'origine japonaise (bud?), fondé par Jigoro Kano en 1882. Il se compose pour l'essentiel de techniques de projection, de contrôle au sol, d'étranglements et de clefs. 

Le lieu où l'on pratique le judo s'appelle le dojo (littéralement lieu d'étude de la voie). Les pratiquants (les judokas) portent une tenue en coton renforcée appelée judogi, souvent appelée à tort kimono, qui est le nom générique de la tenue traditionnelle japonaise. Le judogi est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, un judoka peut avoir un judogi bleu à tous les niveaux de compétitions (si le judoka n'a pas de judogi bleu, la distinction se fera à l'aide de ceinture rouge ou blanche). Pour les compétitions à partir du niveau national, l'un des deux judokas doit revêtir un judogi bleu. Le judo se pratique pieds nus sur un tatami. Le judo est un sport olympique. 

Le souhait de Jigoro Kano, son fondateur, était de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales en prenant comme point de départ le ju-jitsu des écoles tenshin shinyo ryu et kito ryu qu'il avait pratiqué durant 6 années. La légende dit qu'il découvrit les principes du judo lors d'un hiver rigoureux, en remarquant que les branches du cerisier réagissaient différemment sous le poids de la neige abondante. Les plus grosses cassaient alors que les plus souples pliaient et se débarrassaient de « l'agresseur » avec souplesse. La voie de la souplesse était née. 

La "légende", dans sa simplicité, n'est pas éloignée du souhait initial de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales. Jigoro Kano avait conscience que le Ju-jitsu tel qu'il était pratiqué n'était plus adapté à l'époque moderne. Les techniques étaient parfois très dangereuses à apprendre et la plupart des maîtres étaient soit incompétents pédagogiquement ou enseignaient un ju-jitsu décadent et inefficace. En s'inspirant des méthodes de différentes gymnastiques occidentales, Jigoro Kano décida d'expurger du ju-jitsu les mouvements dangereux et de codifier les techniques restantes afin de faciliter l'enseignement sous formes de kata. Il était évident que l'art de la souplesse, débarrassé de sa vocation guerrière, n'était plus du ju-jitsu, mais un nouvel art martial à vocation callisthénique. Le Judo était né. 

Le judo connut un succès qui s'étendit largement au-delà des frontières japonaises et contribua largement à populariser les arts martiaux japonais, tout en entraînant la confusion entre art martial et sport de combat. Ainsi, le judo des origines s'orienta de plus en plus vers l'aspect sportif lorsque les champions du Kodokan eurent définitivement battu la plupart des écoles de Ju-jitsu au cours de combats organisés. Le pouvoir économique du Kodokan était ainsi définitivement installé dans le monde des arts martiaux japonais. 

Il est devenu officiellement discipline olympique lors des Jeux de Tôkyô en 1964. Le judo féminin a fait son entrée dans le programme olympique aux Jeux de Séoul en 1988 comme sport de démonstration avant d'être définitivement accepté à partir des Jeux de Barcelone en 1992. En 2006, la Fédération Internationale de Judo compte 189 pays membres. 

Jigorō Kanō mourut à 6 heures 30 du matin le 4 mai 1938 d'une pneumonie sur le bateau Hikawa-Maru en rentrant du Caire.
Histoire du Judo Suisse
C’est en 1925 que Hano Rhi (1898-1960) un étudiant coréen arrive en Suisse. Il y enseigne pour la première fois le Judo en 1927 et fonde le premier club Suisse en 1929 à Zürich avec 12 élèves. C’était le « JUDO SPORTKLUB ZÜRICH ».

En 1936, c’est la création de l’association Suisse de Ju-jitsu dont Hano-Rhi sera le Premier président. Cette nouvelle association sera reconnue en 1942 par l’association Suisse des Sport.

En 1950 une 2ème association parallèle voit le jour sous le nom de « BUDOUNION».

En 1951 l’association Suisse de Ju-jitsu change de nom pour devenir l’Association Suisse de Ju-jitsu et Judo, l’ASJJJ. Et au mois de décembre de la même année, la Suisse a l’honneur d’accueillir les grand maîtres du Kodokan Risei Kano, Shigenori Tashiro, Yoshizo Matsumoto et Toshiro Daigo.

En 1956 pour les premiers championnats du monde de Judo à Tokyo la Suisse est représentée par deux combattants : O. Schlatter et F. Kaiser.

En 1957 on voit apparaître, fondé par les clubs de la région zurichoise une nouvelle association non reconnue par l’association existante sous le nom

de « FEDERATION SUISSE DE JU-JITSU JUDO ET JUDO-DO ». Et en 1958 la Budo-Union change son nom en « JUDO-UNION ».

1958 et également l’année des premiers championnats suisses à Fribourg qui compte 4 catégories : léger, moyen, lourd et par équipe.

Le 3 mai 1959 c’est enfin la fusion entre l’association Suisse de ju-jitsu et judo et la Budo-Union. La nouvelle association issue de cette fusion s’appellera : « ASSOCIATION SUISSE DE JUDO » l’ASJ. Et c’est en 1963 que l’ASJ crée sa section Ju-jitsu.

En 1964 alors que le Judo est sport de démonstration aux jeux Olympiques de Tokyo, le jurassien Erich Häni décroche l'argent en catégorie welter.

En juin 1968 pour la première fois le championnat d’Europe à lieu en Suisse à Lausanne. C’est également à Lausanne que le Budokan Lausanne organise en 1973 le Championnat du Monde.

En 1975 le Judo entre dans la structure de Jeunesse et Sport (J+S) et une section est créé à l’école du sport de Macolin. Et en 1976 le judo est définitivement reconnu sport J+S. Cela aura un grand impacte sur la formation.

En 1976, aux jeux de Montréal Jurg Rötlisberger décroche le bronze. Et 4 ans plus tard à Moscou il alla même jusqu'a se parer d'or décrochant ainsi le seul titre olympique de l'histoire du judo Suisse.

En 1984 est organisé le premier championnat suisse de Kata.

En 1998 l'ASJ association Suisse de Judo devient la FSJJ fédération Suisse de Judo et Ju-jitsu.
Créer un site avec WebSelf
©Mise à jour le 09.05.2017, NS